Fiches de mémorisation active

Je remercie Joan Riguet qui m’a fait connaître les fiches de mémorisation active !

De quoi une fiche de mémorisation est-elle composée ?

Une fiche de mémorisation n’est pas chronophage à faire, il suffit de reprendre les éléments clés de la séquence et de diviser la feuille en deux : à gauche les questions et à droite les réponses (cases laissées vides).

Un exemple sur une séquence en anglais

Comment la mettre en place ?

Le mieux est de la donner en début de séquence et de la remplir au fur et à mesure. L’idée dans tous les cas est d’espacer les moments de mémorisation. La feuille pourrait être donnée une semaine à l’avance puis demander aux élèves de la reprendre trois jours avant afin de se tester de nouveau. Le but serait pour les élèves de se tester quand ils le souhaitent à différents moments de la séquence ou au moins plusieurs jours avant une évaluation par exemple.

Donnez la feuille aux élèves et demandez-leur de découper la partie à droite et de la plier en deux. Ainsi, ils vont pouvoir dans un premier temps compléter puis se tester en pliant la partie à droite. Pourquoi est-il écrit “1 semaine avant” ? Parce que je peux donner la feuille une semaine avant puis je dépose généralement la feuille de mémorisation au format PDF (modifiable) qui est une feuille “3 jours avant” ainsi les élèves peuvent s’entraîner de nouveau.

Une autre façon de faire serait de mettre des dates à côté des exercices à faire, schémas à compléter, etc. afin que les élèves reviennent sur la feuille à des moments choisis.

Quels bénéfices pour les élèves ? Des défauts ?

Elle permet de revoir des notions clés, des définitions, des évènements historiques avec des dates par exemple ou bien un schéma à compléter. La méthode permet de travailler sur la mémoire à long terme et non la mémoire à court terme, cela est donc plus efficace. Cela permet non seulement de réactiver des connaissances, mais aussi des compétences.

Selon mes lectures, il semble qu’il y ait deux écueils possibles :

  1. Il peut être dur pour les élèves de s’approprier la méthode. Il faut donc bien les accompagner.
  2. L’élève va parcourir encore et encore les mêmes mots ou notions avec la fiche et il n’y aura donc pas un tri desdites notions en fonction des acquisitions de l’élève. En effet, contrairement à des fiches de mémorisation, les logiciels de mémorisation (comme Anki ou des sites de flashcards en ligne) peuvent trier les informations telles que : Si l’élève a réussi, la carte ne reviendra pas ou si l’élève a échoué, la carte reviendra plus tard.

J’ai tout juste commencé et j’ai hâte de continuer car j’ai eu des retours positifs de mes élèves ! Sur le groupe Facebook (cliquez sur le logo tout en haut afin d’y accéder si vous êtes professeur.e d’anglais), Sara James a partagé une version de sa fiche de mémorisation.